f86a151e-7283-11e5-b2c2-b0f148cf55cc_original[L’Avenir – 17/10/2015] La désillusion est de taille pour les membres de l’ASBL Bon-Air Renouveau. En dépit du succès de leur soirée Halloween, il n’y aura pas d’édition 2015.

La soirée Halloween cornaquée depuis 2013 par la jeune association Bon-Air Renouveau n’aura pas lieu cette année. Une annulation qui a de quoi surprendre au regard de l’engouement que la manifestation avait généré auprès des plus jeunes.

Lors de l’édition 2014, deux à trois cents enfants de moins de 12 ans s’étaient en effet pressés dans la salle des fêtes de l’hôtel de ville, où une kyrielle d’animations (tunnel de l’horreur, stand friandises, spectacle de Monsieur Michel…) les attendaient. Le tout sans que les parents ne doivent débourser le moindre euro!

Comment en est-on arrivé à ce qu’un événement aussi populaire tombe à l’eau, privant de nombreux bambins d’une soirée d’amusement garanti?

Pour des raisons qui lui sont propres, le centre culturel, grâce auquel l’ASBL organisatrice pouvait bénéficier de la salle de l’hôtel de ville gracieusement, n’a pas souhaité poursuivre le partenariat.

Un manque de soutien?

«De ce fait, financièrement parlant, l’activité Halloween devenait trop onéreuse (avec des frais de location à supporter) pour que l’on puisse maintenir la gratuité pour les enfants », explique Laurent Strubbe, le chargé de communication de l’équipe.

Dans l’espoir qu’une solution se dégage, les membres de Bon-Air Renouveau se sont alors tournés vers les autorités communales afin d’obtenir de l’aide. «Mais nos démarches sont restées sans solutions concrètes alors qu’on ne demandait en somme que la gratuité de la salle. Notre but n’est nullement de jeter la pierre sur quiconque mais plutôt d’essayer de conscientiser les autorités à la perte d’un tel événement», déplore notre interlocuteur.

Remontés contre la Commune, les organisateurs des festivités d’Halloween ont finalement dû se résoudre, au début du mois d’octobre, à jeter l’éponge. «C’est assez frustrant car on se décarcasse pour les petits Leuzois, avec un vrai but social, et en retour, nous ne sommes pas soutenus. Or, tous les bénéfices de cette animation n’atterrissent pas dans notre poche mais servent à l’organisation d’autres événements à Leuze», assure Laurent Strubbe, qui précise que tout sera mis en œuvre pour remettre sur pied une «soirée de l’horreur» en 2016.

Il n’empêche, cette annulation soulève aussi la problématique du manque criant de salles dans la cité bonnetière. «À part l’hôtel de ville, le pavillon du Coron en travaux, le bâtiment de la rue d’Ath occupé par le ping-pong et les salles d’écoles communales, nous ne sommes effectivement pas très riches en la matière », indique Dominique Jadot, l’échevin de la Culture.

«On aurait pu trouver une solution»

Comme le règlement d’occupation de la salle des fêtes le prévoit, le Collège aurait pu décider d’octroyer la gratuité de l’espace via une autorisation spéciale. «Sauf erreur de ma part, le point n’a jamais été mis à l’ordre du jour d’une réunion du Collège», ajoute M. Jadot, qui ignorait tout de cette annulation.

Son homologue, Paul Olivier, en charge du volet festivités affirme que des demandes d’occupation gratuite de la salle de l’hôtel de ville sont monnaie courante.

«Il est cependant difficile de justifier pourquoi on donnerait une autorisation spéciale à une association et pas à d’autres. Ce n’est pas un manque de volonté de notre part car on aurait pu trouver une solution. Dans les faits, on n’a toutefois reçu aucune demande claire de Bon-Air Renouveau », ponctue le mandataire.

L’article original par Pierre-Laurent Cuvelier

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *